Projets en partenariat de BRIT'INOV

Projet SENS'ALG

Certaines espèces d’algues sont parmi les légumes les plus consommés au monde, mais essentiellement en Asie. En France et plus largement en Europe, les algues  légumes sont largement considérées comme exotiques quand bien même elles sont produites en France.

 Pourtant ces légumes d’un genre nouveau peinent à entrer dans nos recettes, et ils demeurent pour l’instant, comme un cadeau non réclamé, cantonnés aux rayons exotiques, régionaux ou BIO.

 Quelles espèces ? Quelles propriétés organoleptiques ? Qu’est-ce que ça donne quand je la cuis ? Comment la couper ? Puis-je la frire ?

 Le projet SENS’ALG est un projet collaboratif visant à mettre à jour clairement l’étendue des possibles dans un langage d’industrialisation, afin de palier l’expérience que nous n’avons pas par des données objectives et systématiques.

LES PARTENAIRES DU PROJET

Projet BREIZH'BARTER

Une plateforme d'échanges non-monétaires pur les acteurs de l'économie bretonne.

Le barter ou bartering, est un mot anglo-saxon qui désigne, à l'origine, l'échange de marchandises et prestations entre entreprises. La plateforme "Breizh'Barter" s'inscrit totalement dans cette logique en proposant aux entreprises du territoire de se constituer en réseau afin de pouvoir développer des échanges non monétaires           En savoir plus .....

 

 

Comm presse_10_06_14.pdf
Document Adobe Acrobat [514.8 KB]

En 2012, France Cluster a sollicitéses membres pour participeràuneétude du PIPAME menée par la DGCIS sur le thème « Potentiel et perspectives de développement des plates-formes d’échanges interentreprises » ou « Barter » . Deux clusters bretons, le Cluster BREIZPACK & le Cluster Mer, Nutrition, Santé, ont répondu àcet appel à participation et ont collaboré à cette étude.

 

Les résultats de cette étude font émerger que cette pratique peut être la source damélioration de la compétitivitéet de la performance des entreprises. Toutefois, l’étude pointe un aspect majeur,àsavoir que pour atteindre un niveau defficacitémaximale dans lusage de cet outil, il apparait incontestablement quil doive sinscrire dans une démarche de réseaux. Les spécialistes du barter caractérisent la capacitéinhérente aux réseaux de créer du lien comme un levier supplémentaire et un avantageàlefficience du dispositif.

 

Dès lors, la dynamique de cluster offre une valeur ajoutée considérable pour lancer une expérimentation, permettant aux entreprises de simpliquer dans leur environnement collectif et leur  pratique de mutualisation de moyens quelles peuvent appliqueràun nouvel outil.

 

Pour que leséchanges fonctionnent, un climat de confiance et dadaptabilité, oùprévaut lesprit coopératif, doit exister entre les partenaires.

 

La réussite dune démarche d’échanges interentreprises résulte à la fois dun engagement individuel et dune solidarité collective entre les membres du réseau, ainsi que dune bonne architecture du système et du pilotage actif par le courtier ou lanimateur. Lentreprise utilisatrice, pour ce qui la concerne, doit avoir une approche stratégique de l’échange et bien choisir son opérateur si elle souhaite en retirer un bénéfice maximal.

 

 De l’étude à la démonstration

Les conclusions de l’étude, valident la pertinence et laspect innovant de loutil. Il peut contribuer à permettre aux entreprises daccéder à un mode de financement complémentaire aux modes de financements traditionnels auxquels elles ont accès. Il peut également constituer un axe de développement de chiffre daffaires, donc de profit supplémentaire, sans engager de coûts de commercialisation et de marketing supplémentaires. Enfin, la méthode daudit et de valorisation des actifs dormants, implique les entreprises dans une démarche danalyse de coûts qui parfois fait défaut dans des structures de type PME/PMI.

Dautre part, les conclusions de l’étude font apparaitre que faute de lexistence de certaines données il y a nécessitéàvalider certains principes et que quelques verrous restentàlever. A ce stade, ces conclusions préconisent de procéder par lexpérimentationàtravers plusieurs cas de figures différents tant au niveau des formats des démonstrateurs que par leurs espaces territoriaux et domaines dactivités.

 

Volonté des clusters bretons :

 

Création d’une« plate-forme d’échange inter-entreprises- BARTER »sur la base d’une dynamique "d’interclustering"

LES PARTENAIRES DU PROJET

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CLUSTER MER, NUTRITION, SANTE | Mentions Légales